joelle teper

Création site internet, Référencement

Conseil en tourisme et SI

"Un projet à votre mesure"
MENU

04
04
2014
Le Web: 25 ans déjà !

  • Par : Kelly Teper
  • Catégorie:




Le 12 mars dernier les geeks et autres afficionados d’Internet fêtaient les 25 ans du web que l’on connaît également sous le nom de World Wide Web.

 

Tout à commencé le 12 mars 1989. Le britannique Tim Berners-Lee, un chercheur au CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire), développait une nouvelle technologie dont le but était de permettre aux scientifiques du CERN de partager et consulter en direct des documents numériques via une interface graphique. Il baptisa ce navigateur Mesh. Un an plus tard, Berners-Lee décida d’ajouter l’hypertexte (fonction qui permet de passer d’un document à un autre à l’aide de liens) à son navigateur. Il utilise donc pour la première fois l’expression World Wide Web (littéralement la toile d’araignée mondiale).

 

 

Attention de ne pas confondre le web avec Internet !

Internet est un réseau informatique, désormais mondial, qui permet de relier les ordinateurs du monde entier entre eux. Internet existe depuis les années 60 et avait été développé dans le cadre militaire. Avant l’arrivée du web, Internet permettait uniquement le partage de fichiers  et l’envoi de mails.

 

Le web contient des pages avec des liens et du contenu multimédia et a pour but de les transmettre en proposant des liens vers d’autres pages. C’est ce que l’on appelle un site.

Le tout premier site web a été créé en 1993 et était hébergé par les ordinateurs de la société Next, société fondée par Steve Jobs (décidemment, il a du flair pour trouver les bons coups).

 

 

En août 1991, le web s’est ouvert au public, mais il a fallu attendre 1993 et la création du HTML pour pouvoir naviguer sur Mosaic, le tout premier navigateur développé par le CERN, qui ne comptait que 200 sites (contre 900 millions aujourd’hui).

 

 

Si le nom de Tim Berners-Lee vous est familier, c’est qu’il n’est autre que le fondateur du W3C, ou World Wide Web Consortium. Pour ceux qui ne connaissent pas, le W3C est un organisme non lucratif qui développe des protocoles communs à tous les sites web et qui recommande et valide les technologies liées au web. Pour faire simple, c’est un genre de label du web.

Aujourd’hui, le W3C  regroupe environ 383 entreprises partenaires.

 

 

L’invention de Tim Berners-Lee a permis le développement de nombreux sites qui nous sont désormais indispensables :

 

  • Google, le moteur de recherche le plus incontournable du web sans qui nous ne pouvons plus vivre désormais. Personnellement, je « google » (comme disent nos amis américains) à la moindre occasion.
  • Facebook, le réseau social le plus connu du web. On a du mal à croire que Mark Zuckerberg l’a créé dans sa chambre étudiante à Harvard dans le seul but que les étudiants interagissent ensemble. Aucun site n’avait rassemblé autant d’utilisateurs avant. En octobre 2012, on recensait plus d’un milliard d’inscrits.
  • Wikipédia, l’encyclopédie du web, le premier résultat sur Google lorsque l’on effectue une recherche. N’importe quel internaute peut créer un article sur le sujet de son choix (article qui pourra être modifié par un autre internaute) et être publié presque instantanément. Wikipédia est désormais la plus importante base encyclopédique du web avec ses quelques 4,5 millions d’articles publiés.

 

 

Mais aucun de ces sites web n’aurait été aussi populaire sans l’apparition de Free en 2002. A une époque où les tarifs des FAI (fournisseurs d’accès Internet) étaient exorbitants (environ 45 euros) et donc pas à la portée de toutes les bourses, Free, en bon avant-gardiste, a lancé une offre à 29,99 euros/mois avec la location du modem incluse et sans période d’engagement. L’année suivante, Free récidivera en ajoutant la téléphonie fixe illimitée et la télévision à son offre. Merci Free!

 

 

Récemment, Tim Berners-Lee a déclaré vouloir créer une charte internationale de l’Internet qui définisse les droits des internautes (respect de la vie privée, droit à l’anonymat, droit d’image…) mais également la neutralité et l’ouverture (c’est-à-dire pas de censure) du Net.

A l’heure où les limites du respect d’autrui  sont bien trop souvent dépassées, une telle charte serait vraiment la bienvenue.






-